LE MELON MEFFRE

UN PRODUIT DE QUALITÉ GARANTIE

La grande expérience des établissements J. Meffre leur permet de sélectionner les meilleurs terroirs pour élever leur melon. La région de Cavaillon, berceau de la production française, privilégiée par la douceur précoce de son climat, permet d’offrir un melon de qualité du mois de mai à la mi-juillet, période où les fortes chaleur ne permettent plus d’obtenir un melon de qualité.

Les Préalpes du sud offrent alors avec la fraîcheur de leurs coteaux ensoleillés, la continuité idéale pour cultiver le melon J. Meffre.

Dés le mois de septembre les riches coteaux du Gers permettent d’accomplir la continuité du melon français.

UNE AGRICULTURE RAISONNÉE

UN ENGAGEMENT AU QUOTIDIEN

Toutes les variétés cultivées par J. Meffre sont préconisées par les centres d’expérimentation agricole. Les melons sont produits dans le respect de l’environnement suivant des méthodes culturales propres.

L’ingénieur agronome de J. Meffre accompagne les producteurs qui se sont engagés à respecter un cahier des charges mis en place dans la démarche E.P.C. (Engagement Professionnel Contrôlé par une société extérieure).

Cette démarche s’appuie sur les principes d’une agriculture raisonnée, ce qui permet d’apporter aux clients de l’entreprise toutes les garanties nécessaires à un produit de qualité.

C’EST L’ÉTÉ TOUTE L’ANNÉE

Tous les melons J. Meffre cueillis à maturité optimale, sont contrôlés par un système spectrométrique proche infrarouge qui en garantit la teneur en sucre, la couleur et la qualité de la chair.

En contre saison, dès le mois de novembre, l’entreprise commercialise du melon d’Outre-Mer, où les terres vierges produisent un melon d’excellente qualité gustative.

Le Maroc et l’Espagne sont enfin les deux origines qui permettent de faire la liaison avec le melon français.

Le melon (Cucumis melo L.) est de la famille des Cucurbitacées. L’écorce du melon est aussi appelée la robe et sa queue est nommée le pédoncule ou le pécou.
C’est une plante rampante à grosses feuilles à cycle annuel. Elle fait des petites fleurs jaunes, qui doivent être pollinisées par les abeilles ou les bourdons pour former des petits fruits (ce stade de développement des fruits est appelée nouaison). L’activité des insectes doit être intense car la fleur du melon ne reste ouverte qu’un seul jour. Seules les fleurs fécondées donneront un melon. Les autres tombent après quelques jours.

Le cycle complet de la croissance d’un melon, du semis à la récolte, dure de 4 à 5 mois.

En France, on plante les melons entre février et juin, selon les régions, pour une récolte de mai à septembre. Les melons peuvent être cultivés de trois façons, selon la saison :

– de mars à mai : sous serres chauffées,
– de mai à juin : sous petits tunnels plastique non-chauffés,
– de juin à septembre : en plein champ (melons réputés les meilleurs).

Le melon est un fruit polymorphe, c’est à dire qu’il existe, dans le monde, différents types et de nombreuses variétés de melon qui différent par l’aspect de leur peau ou la couleur et le goût de leur chair.

Les melons les plus courants en France sont de type Charentais : fruit rond ou légèrement ovale, vert clair, qui jaunit à maturité, avec des tranches vert-bleutées marquées et une chair orangée, sucrée et parfumée.
Selon les variétés de Charentais, l’écorce peut être lisse ou « écrite » (recouverte d’une fine résille liégeuse) ou « brodée » (recouverte d’une résille liégeuse plus dense et à peau plus épaisse) ; mais le type de robe ne change rien au goût.

Les avantages nutritionnels du melon J. Meffre sont multiples. Il est riche en vitamines C (5mgs pour 100 grs), en carotène et provitamine A (2 mgs pour 100 grs), en potassium (300 mgs pour 100 grs), en vitamines B1 et B2 sans oublier les oligo-éléments,  les fibres et les minéraux qui font partie de la liste des qualité du melon.

Composé de 88 % d’eau avec un apport calorifique modéré de 48 kcal pour 100 grs, le melon est un champion de l’élimination.

POURQUOI LE RUBAN ?

Dans les années 1950, « le ruban bleu » était décerné au meilleur paquebot transatlantique faisant la traversée Le Havre-New York. Le ruban couronnait ainsi l’excellence pour la rapidité, le confort et le luxe du bateau. Cette distinction était particulièrement prisée par toutes les compagnies.

Le ruban fuchsia J. Meffre pérennise l’excellence du melon, la rapidité entre le moment où il a été cueilli et le moment où il est dégusté sur la table du consommateur, et enfin le luxe de précaution que prend l’entreprise pour le présenter. Cette distinction est particulièrement appréciée par la fidèle clientèle de J. Meffre.

Le choix d’un melon est toujours délicat car la qualité peut varier au cours de la saison de production en fonction des conditions climatiques (ensoleillement notamment). Cependant, il existe quelques astuces pour éviter les grandes déceptions.

Comment choisir un bon melon en magasin ? Les uns tâtent, soupèsent, d’autres sentent, jugent la couleur, d’aucuns enfin se révèlent maîtres dans l’art de distinguer le melon “femelle” du melon « mâle ». Mais les melons n’ont pas de sexe ! Et la largeur de la fameuse auréole n’a aucune influence sur la qualité gustative du fruit ! 

Mieux vaut se fier au poids et à l’odeur du melon. Un melon prometteur est dense en main (plus un melon est sucré, plus il est lourd !) et exhale un parfum typé au niveau du pédoncule. La présence d’un « cerne », légère craquelure à la base du pédoncule est également une garantie de la maturité du fruit. Cependant, certaines variétés sont dépourvues de cette caractéristique et l’absence de cerne n’est pas alors synonyme de mauvaise qualité.

Reste une autre méthode, rapide et sûre !

Choisir les melons J. Meffre, repérables grâce à leur étiquette aux couleurs de la marque. Ils ont un taux de sucre garanti (12° Brix minimum) et sont issus de variétés choisies pour leur potentiel gustatif élevé.

Il est conseillé de garder le melon à température ambiante, car une conservation trop longue au froid peut altérer les arômes et donc le goût du melon. Pour le déguster bien frais, vous pouvez cependant le mettre au réfrigérateur 1 heure avant de le consommer.

Si vous voulez profiter du melon toute l’année, dans vos salades de fruits par exemple, il est possible de congeler du melon. Il est conseillé de couper la chair du melon en dés ou en petites boules et de les mettre au congélateur dans une boîte ou un sachet hermétique.

CONSOMMEZ LE MELON FRAIS MAIS PAS GLACÉ

Gorgé d’eau et très parfumé, il rend honneur aux fringales comme aux occasions les plus spéciales. En tranches, en cubes ou en billes, on l’aime au naturel ou sous les projecteurs, dans des compositions plus sophistiquées.
Sans hésiter, mettez le melon au menu et déclinez ses saveurs sur des accords sucré-salés.

La plus simple des utilisations lui conviendra parfaitement :
 coupez votre melon en deux. Débarrassez-le de ses graines et… le tour est joué !
Le melon pourra être servi en entrée ou bien en dessert. Nature ou bien arrosé d’un vin de Porto ou d’un vin doux naturel de Beaumes de Venise. Il ne demande souvent rien de plus !

Ses meilleures alliances salées sont le jambon de Parme, le foie gras, le crabe, le saumon et les fruits de mer.
Ses meilleures alliances sucrées sont les agrumes et les fruits rouges.
Le melon est aussi délicieux en confiture réhaussé d’un jus de citron.
Le melon peut aussi être servi en soupe rafraîchissante. Il suffit de mixer sa chair dans du vin doux. Les épices sont les bienvenues : anis, vanille, gingembre et poivre.